Suite à la dissolution du groupe La Nouvelle Frontière en 1971, les jumeaux Richard et Marie-Claire Séguin s'aventurent davantage dans un monde folk. Accompagnés du guitariste Gilles Valiquette, celui-ci leur présente le bassiste/chef-d'orchestre Richard Grégoire, qui devient leur directeur musical et signe les arrangements. Leurs deux premiers albums, « Séguin » (1973) et « En Attendant » (1974) sont un mélange de folk-rock avec des pièces acoustiques, avec des touches occasionnées de musique gitane et amérindienne. Il se faufile quand même un peu plus de touches éclectiques au deuxième (comme le violon dans « Chante, danse »). Ces intrus se démontrent prémonitoires à l'arrivée de leur prochain album sortie en 1975, « Récolte de rêves » (le seul album du groupe à ne pas paraître sur une grande étiquette de disque). La première pièce folk progressif du groupe, « Hé Noé! » se défend assez bien contre les oeuvres de groupes néo-traditionnels européens tels Malicorne et Fairport Convention.

En spectacle, les foules se multiplient afin de participer aux évènements de nature hippy. Les représentations sur scène deviennent des vrais festins d'amour. Et c'est ainsi qu'on nomme leur dernier album : « Festin d'amour », lancé en 1976. Celui-ci démontre davantage des tendances progressives, avec les pièces symphoniques « Dialogue avec Galadriel » et « L'Homme du nord » qui côtoyent des pièces encore folk tels « J'avais oublié ». On explore le médiéval pur avec « Alison », le médieval rock avec « V'là l'bon vent », et l'improvisation vocale avec la pièce « Crépuscule », enregistrée en spectacle. C'est au sommet de leur carrière comme duo qu'on annonce la dissolution du groupe. Richard et Marie-Claire partent chacun de son côté avec des projets solo (et, dans le cas de Richard, formant Fiori-Séguin en duo avec Serge Fiori d'Harmonium) pour le reste des années '70, en partie documenté à la « Collection Émergence » sortie sur CD en 1997, qui accepte finalement la suggestion des médias d'afficher le préfixe « Les ».
Following the demise of La Nouvelle Frontière in 1971, twins Richard and Marie-Claire Séguin follow their muse into Québec's folk scene. They are accompanied by guitarist Gilles Valiquette, who presents them to bassist/conductor Richard Grégoire. The latter becomes their musical director and arranger. Their two first albums, "Séguin" (1973) and "En Attendant" (1974) mix folk-rock with acoustic songs, with occasional tinges of gypsy and Native American music. There is an increase of eclectic moments during the second album (such as the appearance of violin in "Chante, danse"). These moments reveal themselves as premonitory upon the release of "Récolte de rêves" in 1975 (the only album not to appear on a major label). Arguably the group's first progressive folk song, "Hé Noé!" defends itself well against the works of European neo-traditional groups such as Malicorne and Fairport Convention.

Their concerts see a rise in attendance numbers as people embrace the group's hippy vibe. Live shows become veritable love-ins. The title of their final album, 1976's "Festin d'amour", reflects this, while the album itself equally demonstrates the group's increasingly progressive tendencies (with the symphonic pieces "Dialogue avec Galadriel" and "L'Homme du nord") and their folk origin ("J'avais oublié"). The group explores still, be it the pure medieval nature of "Alison", the medieval rock of "V'là l'bon vent", or the vocal improvisation of "Crépuscule" (recorded in concert). The group announces its break-up at the height of its career. Richard and Marie-Claire both fill out the remainder of the '70s with solo careers (and, in Richard's case, the duo Fiori-Séguin with Serge Fiori of Harmonium). These solo years are documented in part on 1997's CD compilation "Collection Émergence", which finally accepts the media's suggestion to attach the prefix Les to the band's name.