La formation Et Cetera rassemblait Marie Bernard Pagé (claviers/voix), Denis Chartrand (claviers/cuivres/vibraphone/voix), Pierre Dragon (batterie), Robert Marchand (guitare/voix), et Alain-Yves Pigeon (contrebasse/violoncelle/voix). Ces musiciens de formation classique ont crée un des groupes des plus progressifs du Québec. Leur seul album éponyme paraît en 1976. Leur son est souvent dit dérivé du groupe brittanique Gentle Giant, ensemble qui faisait fureur au Québec à la même époque. Certes, la musique de ce groupe est influencée de grande partie par le style médiéval et syncopé de Gentle Giant. Néanmoins, les compositions originales et bien développées du groupe, ainsi que la voix et le synthésizeur moog de Marie Bernard Pagé les distingue assez bien du groupe anglais. Un instrument assez particulier du son Et Cetera sont les ondes Martenot, un des premiers synthésizeurs. En effet, ce synthésizeur reproduit un son semblable à une scie musicale. (La maîtrise de cet instrument de la part de Pagé l'a permise de participer comme invitée lors de deux pièces de l'album « Si on avait besoin d'une cinquième saison » du groupe Harmonium.) Malgré leur brève période d'existence, la musique du groupe demeure des préférées des fanatiques du rock progressif, et leur album est une du peu d'albums québécois de cet époque à apparaître et à rester disponible sur disque compact.

Et Cetera was comprised of Marie Bernard Pagé (keyboards/vocals), Denis Chartrand (keyboards/horns/vibraphone/vocals), Pierre Dragon (drums), Robert Marchand (guitar/vocals), and Alain-Yves Pigeon (bass/cello/vocals). As talented, classically-trained musicians, they formed one of the most progressive groups to emerge from Quebec. They released a self-titled album in 1976, which has been described as derivative of the British band Gentle Giant, who was enormously popular in Quebec at the time. Indeed, Et Cetera's music is heavily influenced by Gentle Giant's syncopated medieval style, yet the compositions are original and well written, and Page's female vocals and moog playing distinguish the band from its English brethren. She even plays an odd instrument called the Ondes Martenot, an early Theremin-like instrument which sounds a little like a singing saw. (Her skill on this instrument even landed her a guest spot on two tracks off Harmonium's "Si on Avait Besoin d'une Cinquième Saison".) While Et Cetera's existence was brief, its music has endured as a favorite among progressive fans, as well as being one of the rare such works from 1970's Quebec to be reissued on CD and remain in print.