La formation Eclipse était le projet personnel à Pierre Gauthier, anciennement d'Aut'chose. Lors du premier album éponyme, lancé en 1976, on voit Gauthier accompagné de la vocaliste Marie-France Paquin (ancienne collaboratrice à Gauthier lors du groupe Genèse), du claviériste Daniel Barbe (qui a joué avec Jacques Blais, entre autres), du bassiste Yoland Houle et du percussioniste Pierre Tremblay. La participation de deux joueurs de synthétiseur moog est bon indicateur des fortes tendances space-prog qui sont parfois démontrées sur l'album. Le point culminant de l'album est la pièce « Vision intérieure », un voyage d'onze minutes à travers le cosmos de Pink Floyd à l'époque « Dark Side of the Moon ». La pièce démontre des voix mâles et femelles entourés d'excellentes mélodies au moog et à la guitare. Également intéressant est la pièce « Honey #36 », pièce anglophone spectrale de toute beauté. On passe parfois à travers des pièces davantage commerciales, mais le matériel progressif est digne d'intérêt des fans du genre (particulièrement les mordus de Pink Floyd). Un deuxième album ne retient que Gauthier comme musicien, et démontre entièrement une direction électronique et commerciale.

Eclipse was led by keyboardist Pierre Gauthier, formerly of Aut'chose. He is joined on their first eponymous album, released in 1976, by vocalist Marie-France Paquin (from Genèse, a previous group of Gauthier's), keyboardist Daniel Barbe (who played with Jacques Blais, among others), bassist Yoland Houle and percussionist Pierre Tremblay. The band had two moog players, and their material could get quite spacey at times. The highlight is the 11-minute "Vision intérieure", a romp through the cosmos of "Dark Side of the Moon"-era Pink Floyd, with male and female vocals alongside some great moog and guitar melodies. Also of interest is the beautifully eery English-language track, "Honey #36". Some of the material on the album is more commercial, but the progressive material will make this of interest to progressive rock fans, particularly those who enjoy Pink Floyd. A second album, with a new backing band, was entirely in a commercial and electronic direction.